🐝 Livraison gratuite en Europe 🐝

Le tricot – La naissance d’une passion

31 mai 2020

Le tricot - La naissance d'une passion

A la fameuse question “quand as-tu dĂ©couvert le tricot ?”, je rĂ©ponds ceci : Ă  10 ans. Oui mais, stop, je ne tricote pas depuis que j’ai 10 ans … Mais quelque chose s’est passĂ© Ă  ce moment-lĂ . J’ai dĂ©couvert le tricot pour la premiĂšre fois et je ne l’ai jamais vraiment oubliĂ©…

En primaire, mon institutrice a eu l’idĂ©e de nous initier au tricot pour rĂ©aliser le cadeau de la fĂȘte des pĂšres. Nous avons donc tricotĂ© un petit projet simple au point mousse. Mais GiuGiu avait dĂ©couvert sa passion, elle ne le savait juste pas encore. 

Et hop, nous voilĂ  Ă  la mercerie maman et moi pour acheter mon premier matĂ©riel (une pelote et des aiguilles). J’avais tout le temps envie de tricoter, mĂȘme si je ne rĂ©alisais rien de concret, je faisais juste des rangs aller-retour, sans rien crĂ©er. Mais peu importe, cela m’amusait et me dĂ©tendait. Je l’emportais partout avec moi.

 

Bon, j’ai vite laissĂ© tomber, j’ai changĂ© d’occupation, ne me demandez pas pourquoi… J’avais sĂ»rement trouvĂ© mieux Ă  faire !
Mais, mais, mais ! Quelques annĂ©es plus tard, j’ai repris, donc j’avais gardĂ© dans un coin de ma tĂȘte que j’aimais ça.

 

En 2014, je suis partie Ă  Bruxelles pour dĂ©marrer mes Ă©tudes. Donc imaginez : arriver dans une ville inconnue, sans ses repĂšres, sans sa famille, dans une nouvelle chambre, une nouvelle Ă©cole, un nouvel environnement… L’angoisse pour moi. Je pleurais tous les jours. C’Ă©tait trĂšs difficile, j’avais envie d’abandonner et de rentrer Ă  la maison. Mais non, il Ă©tait hors de question que je baisse les bras. J’avais envie d’y arriver ! Et j’ai donc dĂ©cidĂ© de trouver une occupation qui allait pouvoir m’aider. Et c’est lĂ  que l’idĂ©e du tricot est revenue. Comme ça, comme une soudaine envie de dĂ©couvrir quelque chose de manuel. Car avant le tricot, ma passion premiĂšre a toujours Ă©tĂ© la musique. Encore maintenant, la musique est indispensable dans mon quotidien. J’ai toujours adorĂ© chanter, ça m’a toujours fait beaucoup de bien. Mais dans une rĂ©sidence Ă©tudiante oĂč t’entends les mouches pĂ©ter, j’assumais pas trop et j’Ă©tais pas Ă  l’aise qu’on m’entende chanter, faire des covers. Du coup, fallait trouver autre chose. Et l’idĂ©e de la crĂ©ation manuelle me tentait bien.

Je n’ai pas perdu de temps. Je suis partie en mercerie pour acheter une paire d’aiguille et une pelote de laine. Et me voilĂ  lancĂ©e pour tricoter une Ă©charpe. J’y ai vite repris goĂ»t, ça me rappelait de bons souvenirs de quand j’Ă©tais plus jeune. J’ai rapidement adorĂ© le cĂŽtĂ© manuel et crĂ©atif, je suis clairement devenue addict ! 
Et voilĂ , depuis, je n’ai plus jamais quittĂ© mon tricot, devenu une rĂ©elle passion. 

Les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats